Histoires Cachées

credit : Guillaume Baptiste

Les Demeurées

credit : Eric Gaudé

La Disparition

credit : Erika Latta

La Ferme de la Colle

La compagnie

Présentation

Begat Theater regroupe actuellement huit artistes franco-américains autour de la création d’expériences intimistes dans l’espace public où un texte sensible trouve un espace unique d’écoute en confrontation avec le réel.

 

Les artistes développent de nouvelles formes d’écriture dramatique où le public est actif et les nouvelles technologies sont au service d’une histoire. Précurseurs dans le genre de la balade sonore, les artistes maîtrisent l’écriture de parcours dans l’espace public où les lieux traversés surprenants ou ordinaires créent un dialogue entre le propos narratif et le contexte ; la fiction est convoquée au cœur du réel. En synchronisant les déplacements du public au jeu des acteurs, au son, et aux images, selon une horlogerie précise et avec une extrême rigueur pour les détails, les codes du théâtre sont réinventés à chaque création.

 

Dans l’émouvante adaptation du roman de Jeanne Benameur, Les Demeurées, un spectateur à la fois pénètre à l’intérieur d’une énigmatique structure, livre vivant invitant au fil des pages à la rencontre des personnages : La Varienne, l’idiote du village, celle qui perçoit la vie autrement, sa fille Luce et l’institutrice Mlle Solange, qui a décidé qu’elle mènera cette enfant au seuil du monde, par les mots.

 

Dans Histoires Cachées, les spectateurs munis de casques audio ont le pouvoir le temps du spectacle d’entendre les pensées de certains passants dans la rue. La ville devient décor de cinéma, l’œil du spectateur objectif de la caméra et le spectateur lui-même devient monteur, choisissant les images à juxtaposer sur la bande son qu’il entend au même moment dans le casque.

 

Begat Theater poursuit ses recherches sur les expériences immersives en milieu urbain avec La Disparition, un parcours pour un spectateur à la fois qui l’invite à démêler l’énigme de la disparition de l’auteur, Carlotta Valdez. Sur ses pas au cœur de la ville, des indices entrainent le spectateur à l’intérieur de son roman le plus stupéfiant.

 

Créée en 1992 à New York, la compagnie s’installe en France dans la région PACA en 1994. Reconnus pour ses créations innovatrices et contemporaines, les spectacles de Begat Theater tourne depuis 20 ans en France et à l’étranger. Traduit en plusieurs langues (anglais, allemand, italien, néerlandais), ils ont traversé vingt-sept pays. Actuellement la compagnie développe ses projets – et accueille d’autres compagnies – dans son lieu de résidence, La Ferme de la Colle à Gréoux-les-Bains

 

Le noyau de huit artistes : Hervé Cristianini, Dion Doulis, Guillaume Grisel, Karin Holmström, Philippe Laliard, Erika Latta, Nolwenn Moreau et Stéphan Pastor.

Équipe

Équipe artistique

Karin
Holmström

Conception spectacles

Scénographe

Comédienne

Philippe
Laliard

Direction technique

Comédien

Dion
Doulis

Conception spectacles

Écriture

Comédien

Erika
Latta

Conception spectacles

Direction des acteurs

Conception sonore

Hervé
Cristianini

Comédien

Nolwenn
Moreau

Comédienne

Stephan
Pastor

Directeur d’acteurs

Comédien

Guillaume Grisel

Comédien

Bénédicte
Blanc

Plasticienne

Comédienne

L'administration

Nina
Bühler

Chargée de production

Claire
Hallereau

Chargée de production

Le bureau

Emilie
Cartier Vivet

Présidente

Michel
Tardieu

Secrétaire

Camille
Emery

Trésorière

Créations

- 2014 : La Disparition, départs solitaires en milieu urbain

Tournées en France   – EN RÉPERTOIRE

La Première a eu lien le 14 juin 2014 à la Scène nationale de Cavaillon (84)

 

La-Disparition-page-spectacles

 

- 2010 : Histoires Cachées, balade sonore

Tournées en France, Suisse, Allemagne, Australie et aux États-Unis – EN RÉPERTOIRE

Adaptation pour les non-voyants en 2012.

Disponible en français, anglais ou allemand.

 

Brefoto 2

 

- 2007 : Les Demeurées, installation spectacle d’après le roman de Jeanne Benameur

Tournées en France, Belgique, Monaco – EN RÉPERTOIRE

Disponible en français, anglais, néerlandais et italien

 

Les-Dem--Charlotte-Toussaint-acc

Anciens Spectacles

- 2004 : Le Jardin Aveugle, spectacle nocturne pour place publique

Version anglaise – adaptation du roman de Janet Frame

Tournées en Allemagne, Pays-Bas, Slovénie

 

Tea Scene

 

- 2003 : Le B.U.R.O, Brigade Urbaine du Recensement des Odeurs

Devenu Le BUROtage pendant les manifestations pour les droits des Intermittents du spectacle

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

- 2001 : Hôtel Eden, spectacle nocturne pour place publique du roman de Stuart David

Tournées en Croatie, France, Pays-Bas, République Tchèque

 

Hotel Eden - Bénédicte Blanc

 

- 2000 : « Yourgui ! », parade musicale sur le thème de l’exode

Tournées en Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Brésil, Corée, Croatie, Emirats Arabes Unis, Espagne, France, Hongrie, Italie, Kosovo, Luxembourg, Maroc, Pays-Bas, Portugal, Qatar, République Tchèque, Roumanie, Sardaigne, Suisse, Serbie, Tunisie…

 

Yourgui2

 

- 1999 : Le Jardin Aveugle, spectacle nocturne pour place publique

Adaptation du roman de Janet Frame

Tournées en Allemagne, Croatie, Espagne, Pays-Bas, République Tchèque, Sardaigne

 

 

Daphne-Girovagando

 

- 1998 : Les Clowns Photographes, spectacle itinérant avec rendu photographique

Tournées en Autriche, Italie, France, Sardaigne, Suisse

 

Clowns Photographes

 

- 1997 : Tangram, spectacle sur scène, théâtre d’objets utilisant le puzzle chinois

Tournées en France, Pologne et aux États-Unis

 

- 1995 : L’Art de la Cartographie, spectacle pour échassière mappe-monde

Adaptation de textes de Jorge Luis Borges

Tournées en France, Mexique et aux Etats-Unis

 

- 1995 : Colimaçon en Escalier, spectacle sous chapiteau inspiré de Borges

Tournées en France et Suisse

- 1994 : L’Equilibre, spectacle de rue avec projection de films

Inspiré de L’Homme qui Rit de Victor Hugo et La Strada de Fellini

Tournées en France, Pologne et aux Etats-Unis

 

- 1993 : Le Clown-Soldat, spectacle de marionnettes de rue

Inspiré des textes d’Hélène Parmelin et de Bertolt Brecht

Tournées en Italie, France, Pologne

 

- 1992 : SAM, spectacle sur scène sur la vie et l’œuvre de Samuel Beckett

Création de la compagnie au Festival d’Edinburgh, Ecosse

Présentations à New York et en Ecosse

Presse

Sur le spectacle Histoires Cachées :

 

T T T Quatre tranches de vie, quatre histoires cachées dans les méandres de la ville, que l’on peut découvrir en suivant une orange, un journal, une boîte d’allumettes ou un stylo. Des objets bien ordinaires qui passent entre les mains de quatre individus tout aussi anodins. Ils ne se connaissent pas. Leurs vies se frôlent parfois, puis s’éloignent. Muni d’un casque audio, le public suit chacun des personnages, tout en entendant leurs moindres pensées. Il entre ainsi dans l’intimité secrète d’inconnus auxquels d’ordinaire il ne porterait pas attention.

Après ses remarquées et remarquables « Demeurées », Begat Theater propose un spectacle sensible, bouleversant au cœur de l’espace public. Une expérience inédite, une fiction dont le spectateur devient un acteur involontaire et inattendu.

- Télérama Autres scènes – sélection critique – Sortir N°3217, 7 septembre 2011

 

Un bout de trottoir, de réverbère, de mur. Il suffit de pas grand-chose pour que l’art, quel qu’il soit, s’intègre dans l’urbain. Une intégration qui se mesure à la porosité de l’un à l’autre, ne supportant aucune seconde de décalage dans le timing. À ce jeu, quatre compagnies ont particulièrement brillé. À commencer par le Begat Theater et ses Histoires Cachées, le spectateur, écoutant le texte casque sur les oreilles, est invite à suivre dans les rues un objet qui passe entre les mains de différents personnages dévidant leur pelotes de vie au sein du labyrinthe de l’intime. Se révèle alors un jeu de miroir à trois facettes, le réel qui s’estompe, le factrice du théâtre s’affirmant comme seule véracité, et le regard sceptique de l’extérieur sur ledit spectateur. Le moi, le ça, le surmoi?

- Geraldine Kornblum, L’Humanité, 27 juillet 2011

 

Histoires Cachées. Le théâtre de rue est passionnant quand il trouble les passants et les habitudes. Ce matin-là, dans un 11e arrondissement parisien qui se réveillait plutôt mal embouché, le Begat Theater, discrète compagnie des Alpes de Haute-Provence, proposait une déambulation théâtrale, écouteurs sur les oreilles. Un jeu de piste dans lequel il fallait suivre, non pas un comédien (trop facile !) mais un objet passant de la main d’un artiste à celle d’un autre : une orange, un journal, un stylo… Sur le trottoir opposé au nôtre, une jeune femme blonde marche, s’arrête, porte les mains à son visage… Les écouteurs, en voix off, nous transmettent ses pensées, en même temps qu’une pop légère.

L’exercice est ludique, voire littéraire, pas spectaculaire pour deux sous, fragile. Tout peut s’arrêter d’un moment à l’autre et les protagonistes disparaître dans la ville. À une terrasse de café, un comédien en costume et la jeune femme blonde se croisent sans un regard. L’orange et le journal changent de mains… Est-ce l’effet de casque? Ou l’habitude de regarder le monde à travers un écran? Nous les suivons, avec l’impression de participer à un tournage.

Focalisant notre attention sur la comédienne, comme un chef op cadrerait son image ; réalisant notre propre travelling, au rythme de la déambulation urbaine. Il n’y a pourtant ni technicien, ni clap de fin sur cette « promenade sonore »… Les spectateurs s’agglutinent. Les passants, les vrais, ceux qui n’ont pas été initiés au jeu, cherchent des yeux la caméra

- Mathieu Braunstein, Cahier ‘Scènes’, Télérama du 16-22 juillet 2011

 

Sur le spectacle Les Demeurées :

 

T T T La plus belle émotion de la saison 2009 en rue ! Dans sa boîte à histoires, le Begat Theater raconte, d’après le roman de Jeanne Benameur, le difficile apprentissage de Luce. Muni d’un casque audio, chaque spectateur traverse en solitaire cette installation-spectacle. D’une pièce à l’autre il découvre les traces d’une vie, les perles d’un espoir, la rudesse des patrons de la petite paysanne. Des silhouettes surgissent des murs, accrochent le regard, vous frôlent et repartent en silence. la beauté de la scénographie renforce l’impact poétique de cette expérience théâtrale unique. Inoubliable ! – Thierry Voisin, TELERAMA, mars 2010

 

Vous êtes Luce, cette enfant au seuil du monde. Entrez dans la drôle de boîte des Demeurées. Quel voyage bouleversant ! Écouteurs sur les oreilles ou se murmure l’histoire, vous devenez, seul pendant vingt minutes, Luce, la fille de la demeurée, qu’une institutrice veut ouvrir au savoir avec une infinie patience. Dans une scénographie poétique et intimiste, hors du temps, vous n’êtes plus spectateur mais acteur d’une histoire qui se noue, capte par le regard des deux comédiennes magnifiques du Begat Theater, touché au cœur et au corps. Un texte puissant qui interroge l’amour maternel, irradiant, et la peur de savoir. A quelle innocence renonce-t-on en apprenant? L’émotion la plus intime et authentique de ce festival. – Midi-Libre, juillet 2011

 

Dans un container en bois, le Begat Theater adapte le roman de Jeanne Benameur… L’adapter sous forme d’ »installation-spectacle » en un parcours solitaire est une idée lumineuse. Dans des espaces exigus configurés comme des pages d’un livre, sous des ampoules nues et au milieu d’accessoires et d’images de l’enfance, on est enfermé dans la parole de l’auteur que l’on entend à travers un casque. Les personnages font des apparitions furtives et silencieuses. Par la scénographie et par le jeu des comédiens, on devient la petite Luce, celle que chérissent la mère et l’institutrice. Et pourtant, on a beau être le centre de leurs attentions, jamais ne s’évanouissent le sentiment de solitude ni la densité du silence tout autour. Par « cette caverne derrière la clarté de son regard’, par ces gestes que la pudeur rendent maladroits, Bénédicte Blanc donne une ampleur inouïe au personnage de la mère. Cette expérience fascinante nous laisse entrevoir l’indicible. – La Marseillaise, juillet 2011